Domaine Alain Cailbourdin

LE DOMAINE ALAIN CAILBOURDIN

La propriété, créée par Alain Caïlbourdin en 1980, rassemble aujourd’hui 20 hectares de vignes disséminées parmi les meilleurs coteaux de Pouilly-Fumé. Ce vignoble est constitué pour moitié de vieilles vignes (40 à 70 ans), et pour moitié de vignes replantées depuis 1980.

Les différents coteaux sont vinifiés séparément et permettent de présenter quatre cuvées, chacune représentant un terroir et une expression aromatique distincte. La recherche de qualité est leur souci constant : elle s’insinue dans les moindres détails tout au long de la chaîne de production, de la vigne à la cave. 
Leur fil conducteur est de mettre en évidence la qualité et la diversité de leurs terroirs. Leurs méthodes de travail, s'appuient sur cette volonté.

Un vin ne peut être grand que s'il a pour support la minéralité d'un terroir de qualité. L'art du métier de vigneron consiste à donner toutes ses chances aux raisins pour révéler ces qualités.

Domaine-Alain-Cailbourdin.jpg

À deux heures au sud de Paris, dans un environnement privilégié le long du plus sauvage des fleuves d’Europe, la Loire, s’étend le vignoble de Pouilly-Fumé. Des coteaux calcaires orientés au sud-ouest, le microclimat régulé par la Loire et sa position septentrionale font de cette région le terroir idéal pour la culture du Sauvignon.

Le domaine Alain Cailbourdin, éparpillé sur les meilleurs coteaux de l’appellation, produit 4 cuvées de Pouilly-Fumé, chacune répresentative d’un terroir défini.

Un savoir-faire traditionnel, peaufiné année après année depuis 25 ans et guidé par la volonté d’accéder à la meilleur qualité des raisins, nous permet d’obtenir des vins d’expression aromatique racée, élégante et minérale, digne de ces terroirs d’exception.

Domaine-Alain-Cailbourdin-10.jpg

LES VIGNES

Les vignes sont cultivées en utilisant des méthodes propices à valoriser chaque terroir :

  • Ils limitent les rendements  par une taille appropriée et par des ébourgeonnages sévères.
  • Ils organisent leur calendrier de travail dans le respect des cycles éco-biologiques.
  • L'entretien du sol est effectué selon les anciennes méthodes traditionnelles, sans aucun emploi d'herbicide, uniquement à l'aide de charrues et de tondeuses.
  • Depuis de nombreuses années, ils n'apportaient plus que des amendements organiques, ils ont également cessé ces apports. Ils n'apportent qu'un activateur biologique qui favorise l'évolution de l'humus contenu en quantité suffisante dans leurs sols. Ils travaillent ainsi sur des sols vivants, qui se suffisent à eux même pour nourrir la vigne, et retiennent mieux l'eau necessaire à la vie.
  • La protection phytosanitaire est raisonnée dans le respect de leur patrimoine, de son environnement et de tout l'écosystème qui les entoure. La biodiversité la plus riche dans le vignoble et aux alentours est protégée.
  • Ils n'utilisent ni insecticide, ni acaricide, suffisament aidé par une faune auxiliaire (Coccinelle, typhlodrome...), discrète et timide mais...gourmande d'acariens.
  • Ils recherchent toujours une maturité optimale par une bonne exposition des raisins (Gestion du feuillage et étalement de la récolte dans l'espace), par une optimisation de la date de vendange et une répartition de celles-ci sur plusieurs semaines pour respecter les différences de précocité de chaque parcelle.