Domaine de la Cotelleraie

Le domaine de la Cotelleraie au cœur du vignoble de St Nicolas de Bourgueil

C’est Gérald Vallée qui gère le domaine et s’efforce de faire rejaillir les caractères du terroir et la typicité du Cabernet Franc de ses vignes.

Domaine-de-la-Cotelleraie.jpg

La passion de la vigne et du vin…

Gérald Vallée est tombé dedans quand il était petit. Son père Claude Vallée, qui a commencé à travailler à 14 ans, lui a transmis le virus du travail bien fait ainsi qu’un savoir-faire qu'il tachera de transmettre à son tour à ses enfants s’ils le souhaitent. Alors qu’en 1957 (lors des débuts de son père), l’exploitation comptait 6 ha de vignes ainsi que des cultures d’asperges et d’arbres fruitiers, elle est représentée aujourd’hui par 27 hectares de vignes. Il représente donc, depuis sa reprise en 1997, la première génération qui ne se consacre qu’au vin.

Conscient d’avoir hérité d’un domaine dont les vignes de cabernet franc sont plantées sur les meilleurs terroirs de Saint Nicolas de Bourgueil, il a décidé en 1999 de mettre en place une philosophie de culture biologique tant le respect de la plante, des sols et de l’environnement lui semblait être une exigence de travail.

Pour faire des vins de qualité, il ne suffit pas d’avoir des connaissances techniques, il faut aussi avoir de la sensibilité, savoir écouter la plante, lui laisser reprendre ses droits naturels et profiter d’un écosystème équilibré avec une vraie vie microbienne dans les sols. Le vin est une matière vivante qui se fabrique avant tout autour du cep de vigne tout au long de l’année. C’est pourquoi, son équipe et lui-même ont mis en place un rythme de travail rigoureux de labour, de décavaillonnage, de binage et de traitement à base de souffre ou de cuivre à partir du printemps pour éviter l’usage de désherbants chimiques, engrais et autres pesticides. La réalisation d’un tel travail ne peut s’envisager qu’avec une équipe soudée et consciente des bien-fondés d’une telle démarche.

Enfin, il leurs est apparu comme une évidence de concrétiser ce dur labeur de toute une année par la reprise des vendanges manuelles puis en 2009 par la demande de labellisation auprès d’Ecocert.

En plus de respecter notre environnement, l’objectif de cette culture biologique est de créer des vins de qualité, des grands cabernets qui reflètent leur terroir, des vins francs, frais, fruités, élégants et dotés d’une belle matière. Chaque année les tient en haleine car, d’une année à l’autre, d’une cuvée à l’autre, la vigne ne répondra pas de la même façon. Et c’est cela faire du vin….